Yoga ou Qi-Gong : Quelles sont les différences ? Lequel choisir ?

par Camille Carcenac

Le yoga et le Qi-Gong sont deux disciplines ancestrales, particulièrement bénéfiques pour le corps et l’esprit. Respectivement originaires d’Inde et de Chine, ces précieux arts millénaires jouent un rôle incontestable sur le développement personnel de leurs pratiquants : énergie, calme, et harmonie sont les maîtres mots du yoga et du Qi-Gong !

Mais quelles sont les différences qui les caractérisent et comment déterminer laquelle de ces pratiques vous convient le mieux ?

Dans cet article, nous allons vous dévoiler les particularités de ces deux disciplines ainsi que les différences et les similarités qui les lient afin que vous puissiez faire un choix éclairé !

C’est parti !

Le yoga

yoga

Le yoga est la discipline qui fait le lien entre le corps et l’esprit. Apparue il y a près de 5000 ans au cœur de la civilisation Indienne, cette merveilleuse activité ne cesse de faire des adeptes dans le monde entier, à la recherche de l’harmonie et du bien-être intérieur.

Et ce n’est pas une coïncidence si le yoga est si populaire ! En effet, on ne compte plus les nombreux bienfaits de cette pratique, aussi bien au niveau physique que mental : baisse de l’anxiété et du niveau de stress, amélioration de la souplesse, de l’équilibre, de la posture, de la motricité, des capacités pulmonaires, du sommeil et des douleurs chroniques… La liste est longue !

Accessible à tous, le yoga existe sous toutes ses formes : Hatha Yoga (le plus populaire), Vinyasa, Ashtanga, Bikram, Iyengar – il y en a pour tous les goûts !

Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, le yoga ce n’est pas seulement faire des postures d’étirement sur un tapis – c’est une philosophie de vie à part entière.

Yoga Sutras, de Patanjali, est le livre fondateur du yoga, dans lequel sont exposés ses différents aspects ainsi que ses 8 piliers ou membres :

  • Yama, vivre en harmonie avec son environnement par des principes de non-violence, de vérité, d’honnêteté, de modération et de non-possessivité.
  • Niyama, vivre en harmonie avec soi-même en recherchant la pureté du corps, le contentement, la discipline, l’étude de soi et le lâcher-prise.
  • Asana, la pratique des postures soit tout ce qui est lié au développement physique. Les premières postures de yoga furent développer et combiner dans un même style : le hatha yoga.
  • Pranayama, la régulation du souffle vital par des exercices de respiration.
  • Pratyahara, le retrait des sens physiques ou comment reprendre le contrôle sur son mental en se détachant des stimulations extérieures.
  • Dharana, l’aptitude de l’esprit à se concentrer sur un objet externe (un son, une image, une pierre, la flamme d’une bougie…) pour oublier le reste.
  • Dhyana, la méditation en laissant l’esprit divaguer entre ses différentes pensées, ses sensations, ses émotions.
  • Samadhi, la réalisation de soi autrement dit le but ultime du yoga : on se sent connecté avec soi-même, les autres et l’univers en général. Autrement dit, c’est un état de pleine conscience.

En pratiquant le yoga, l’objectif est donc de gravir ces différents échelons pour atteindre l’union entre le corps et l’esprit. Qu’en est-il du Qi-Gong ?

Le Qi-Gong

Qi-Gong

Issu de la médecine traditionnelle chinoise, tout comme le Tai-Chi (ou Tai-chi-chuan), le Qi-Gong est une gymnastique douce composée de divers exercices permettant de dynamiser le Qi, l’énergie vitale. Les fondements de cette discipline remontent au taoïsme, au bouddhisme et au confucianisme, soit il y a des milliers d’années. Pourtant, ce n’est qu’aujourd’hui que le Qi-Gong commence à faire son arrivée dans nos salles de sport !

Ces bienfaits, assez similaires à ceux du yoga, sont multiples : renforcement du système immunitaire, amélioration de la souplesse et de la stabilité, réduction du stress, de l’insomnie, de l’hypertension, des douleurs chroniques… Il existe près de 10000 formes de Qi-Gong différentes dont le “Wu Qin Xi”, le “Suo Chan” ou encore le “Zhou Tian Gong”, forme la plus populaire en Chine.

Sa pratique réside dans l’accomplissement d’enchaînements de mouvements effectués très lentement, de postures statiques, d’étirements, d’exercices de respiration, de visualisation et de méditation. En Qi-Gong, l’arbre est la posture d’excellence : elle permet de développer le Qi, l’énergie vitale, et se retrouve donc dans la plupart des enchaînements.
Tout comme le yoga, le Qi-Gong demande de la patience et de la persévérance pour atteindre le bien-être intérieur ! Selon la médecine traditionnelle chinoise, cette pratique permet à terme, de faire circuler l’énergie à travers les nombreux méridiens qui composent notre corps et ainsi, de favoriser l’harmonie entre le yin, l’énergie de la terre, et le yang, l’énergie de l’esprit.

De même que le tuina (les massages chinois), l’acupuncture, la pharmacopée et la diététique, le Qi-Gong fait partie des 5 piliers de la médecine traditionnelle chinoise et trouve ses origines il y a plus de 5000 ans, soit à la même époque que le yoga.

Mais alors, qu’est-ce qui différencie ces deux pratiques ?

Les différences

Les mouvements et les postures ne se font pas de la même façon 

En Qi-Gong, les mouvements s’effectuent de façon très fluide et lente, contrairement au yoga dont les postures sont généralement plus dynamiques et les enchaînements plus énergiques. Le Qi-Gong privilégie les postures debout afin de favoriser l’enracinement, le yoga lui, se pratique dans différentes positions (debout, assis, allongé…).

La philosophie n’est pas la même 

Même si le Qi-Gong s’inspire du bouddhisme, ses influences issues de la médecine traditionnelle chinoise se ressentent à travers sa pratique. Les exercices sont conçus dans un but thérapeutique et permettent ainsi de faire circuler l’énergie dans les méridiens du corps, de sorte à conserver une bonne santé. Le yoga quant à lui, englobe différents aspects traditionnels, tels que les postures, les exercices de respiration ou de méditation, qui en font une discipline spirituellement plus vaste.

L’objectif est différent 

Le yogi recherche une harmonie entre le corps et l’esprit afin d’atteindre l’État de Yoga (le bien-être ultime), le pratiquant de Qi-Gong utilise plutôt cette harmonie dans un but thérapeutique : prévenir et soigner grâce à la circulation de l’énergie vitale dans le corps, le Qi, ou Tchi en Tai-Chi. Pour en savoir plus sur la Tai-Chi, vous pouvez lire l’article que nous avons rédigé à ce sujet.

Autre point, le Qi-Gong n’améliore par autant la condition physique que la pratique du yoga.

Les ressemblances

Toutes deux sont des pratiques ancestrales venues de l’Est !

Yoga et Qi-Gong sont des pratiques ancestrales. Elles surent toutes deux développer comme des arts martiaux. De génération en génération, ces disciplines se sont enrichies de bienfaits, de pensées et de pratiques différentes contrairement à d’autres activités physiques plus récentes.

Le yoga et le Qi-Gong englobent corps et l’esprit.

Même si les mouvements réalisés et l’objectif sont différents, ces deux disciplines se concentrent sur l’union du corps et de l’esprit. Ainsi, le souffle prend tout son sens : on apprend à respirer de façon équilibrée et paisible, tout en concentrant son esprit sur les mouvements et les enchaînements de postures.

Comment choisir ?

Quelles sont vos attentes ?

Vous recherchez une pratique qui combine douceur et fluidité, associée à des mouvements lents et précis ? Le Qi-Gong est fait pour vous !
En revanche, si vous préférez vous lancer dans une pratique plus dynamique, comblée de postures harmonieuses et équilibrées favorisant le bien-être ? Déroulez votre tapis de yoga sans plus tarder !

Quels sont vos objectifs ?

Le Qi-Gong sera votre allié si vous souhaitez simplement améliorer votre santé. Quant au yoga, il se focalise sur le bien-être physique et mental avant tout !

Quel cheminement spirituel souhaitez-vous parcourir ?

Atteindre le bien-être absolu grâce au yoga ou favoriser la concentration et la plénitude grâce au QI-Gong ?

Les postures clés

Pour faire le meilleur choix entre ces deux disciplines, rien de tel que de faire un test !
Voici quelques postures de yoga et de Qi-Gong à pratiquer sans modération :

Les postures clés de yoga

Tadasana, la posture de la montagne :

Tadasana, la posture de la montagne

Posture de base, la montagne constitue souvent le point de départ d’un flow de postures, mais peut aussi se pratiquer seule pour réveiller la force et l’énergie qui sommeille en nous !

En position debout, les pieds écartés de la largeur du bassin, décollez vos orteils du tapis et essayez de les reposer un à un afin de vous ancrer dans le sol. Gardez les genoux souples, et ramenez vos épaules vers l’arrière. Détendez le cou et les épaules, et laissez tomber les bras sur les côtés, paumes vers l’avant ou levez les bras vers le ciel. Fermez les yeux ou fixez un point devant vous et puisez l’énergie depuis la terre jusqu’aux extrémités de chacun de vos membres. Profitez quelques instants de la posture, en inspirant et en expirant lentement par le nez.

Adho Mukha Svanasana, la posture du chien tête en bas :

Adho Mukha Svanasana, la posture du chien tête en bas

Posture d’inversion, d’équilibre et de stabilité, le chien tête en bas est LA posture qui étire tout le corps et dénoue les tensions !

Pour commencer, placez-vous à quatre pattes, les doigts écartés en rayon de soleil et les paumes à plat. Vérifiez l’alignement de vos pieds, de vos hanches et de vos mains. En douceur, hissez-vous sur vos orteils et poussez le bassin vers le haut en contractant légèrement les abdominaux afin de former un V inversé. Restez quelques instants dans la posture en profitant de l’étirement complet du corps, puis reposez les genoux au sol en contrôlant la descente.

Les postures clés de Qi-Gong

Zhan Zhuang, la posture de l’arbre :

Zhan Zhuang, la posture de l’arbre

Surnommée “être debout comme un pieu” par les Chinois, cette posture phare du Qi-Gong englobe les 3 éléments essentiels de la pratique : intention, respiration et posture.

Debout, les pieds parallèles avec les épaules et les bras le long du corps, essayez d’équilibrer le poids de votre corps sur vos deux jambes. Ramenez vos bras arrondis à la hauteur du ventre et relâchez légèrement votre poitrine vers le sol. Essayez de vous « asseoir » confortablement sur vos appuis, en décontractant le bas du dos et en relâchant le poids du bassin vers le bas. La tête reste droite et le regard se dirige vers l’horizon en prenant de légères inspirations et expirations avec le ventre. Profitez de la détente dans cette posture : 3, 5 ou 10 minutes, c’est vous qui voyez !

Le ciel et la terre communiquent !

qi-gong

Envie de faire le plein d’énergie dès le matin ? Cette posture vous aidera à équilibrer le yin et le yang et à vous ouvrir aux énergies du ciel et de la terre !

Comme pour la posture de l’arbre, on commence les pieds parallèles avec les épaules et les bras le long du corps. À l’inspiration, les bras se hissent vers le ciel, les mains tournées vers l’extérieur. Lorsque les bras arrivent à hauteur des épaules, le regard monte vers le ciel et lorsqu’ils sont à la verticale, les mains se tournent vers le visage pour s’ouvrir à l’énergie bai hui, la conscience !
À l’expiration, les bras redescendent le long du corps pour revenir en position initiale. Répétez ce mouvement 5 à 10 fois pour en ressentir les bienfaits.

Ainsi, la pratique régulière du yoga ou du Qi-Gong a pour but d’hamoniser l’énergie du coprs, et apporter bien-être à son pratiquant ! Tandis que le yogi cherche l’union entre le corps et l’esprit, le pratiquant de Qi-Gong souhaite améliorer sa santé ! Alors, laquelle de ces pratiques vous séduit le plus ?

À LIRE AUSSI

Commenter