Quand peut-on commencer le yoga prénatal ?

par Camille Carcenac

Bientôt maman ? Félicitations à vous !

Voici un article pour vous, que vous soyez déjà une adepte de cette pratique ou non. Nous allons plus particulièrement vous parler d’un outil révolutionnaire pour les femmes enceintes : Le yoga prénatal, votre nouvel allié dans cette période de changement. En effet, cette pratique « sportive » douce est idéale pour accompagner les futures mamans pendant la grossesse, et vous préparer au mieux pour le jour J. 

Dans cet article, nous allons vous présenter ce style de yoga, ainsi que ses bienfaits. Puis, nous partagerons avec vous nos meilleurs conseils pour une pratique optimale.

Bonne lecture à toutes !

 

Yoga après accouchement_1

Qu’est-ce que le yoga prénatal ?

Les principes du yoga prénatal

L’objectif premier du yoga prénatal est d’aider les femmes à accueillir sereinement les modifications physiques, physiologiques et psychiques de la grossesse. Les différents exercices aident les futures mamans à se préparer au mieux à l’accouchement, tout en renforçant le lien avec leurs bébés, avant même qu’ils ne soient nés.

La grossesse comporte plusieurs enjeux pour les femmes : garder une bonne posture, prendre conscience des changements de son corps, préparer le périnée, renforcer certaines parties du corps, ou encore développer de l’endurance, la liste est infinie. Le yoga prénatal guide les femmes enceintes à travers cette étape de leur vie.

Ce dernier s’adapte parfaitement aux nouveaux besoins du corps féminin, et s’ajuste tout au long de la grossesse. En effet, votre professeur de yoga prénatal ne vous fera pas faire les mêmes postures et mouvements au 3ème et 8ème mois. Votre corps est en constante évolution, votre pratique prénatale le sera aussi.

Lors de vos séances, vous allez également pratiquer des exercices de respiration (Pranayama). Ces derniers vous permettent également de vous détendre, de soulager certains symptômes désagréables, ou encore de vous aider à mieux dormir. Au cours de vos 9 mois de grossesse, les exercices de souffle peuvent agir à bien des niveaux ; comme soulager les maux de dos, décharger le périnée et les abdominaux, masser les organes du système digestif, mieux oxygéner le foetus, mais aussi calmer le système nerveux.

Enfin, en yoga prénatal, les méditations sont adaptées aux femmes enceintes, au stress, doutes et questionnement qu’elles peuvent éprouver, surtout dans le cas d’un premier enfant. La méditation offre confiance et soutien à la maman, l’aidant à mieux vivre les différents changements physiques et hormonaux de la grossesse.

C’est également une pratique physique douce et sans risque pour la maman, ou pour le bébé. Cependant, n’hésitez pas à vous assurer auprès de votre spécialiste que votre grossesse ne comporte aucun risque. En fonction des mamans, il peut y avoir certaines contre-indications, mais cela reste très rare.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous renseigner sur la méthode du Dr Bernadette de Gasquet. Cette dernière s’est spécialisée dans la santé des femmes, et à développer des méthodes pour les accompagner à travers chaque étape de leurs vies, et notamment la grossesse.

Intéressées ? N’hésitez pas à jeter un coup d’oeil à son site pour des informations complémentaires.

Les bienfaits du yoga prénatal

Le yoga est connu pour ses bienfaits, bienfaits d’autant plus appréciables par les femmes faisant face aux différents désagréments de la grossesse.

D’un point de vue physique, la pratique du yoga prénatal viendra :

  • Activer la circulation sanguine des muscles,
  • Permettre un renforcement musculaire au niveau du périnée,
  • Augmenter l’oxygénation des tissus cellulaires,
  • Soulager les nausées, douleurs au dos, varices et sensations de jambes lourdes,
  • Réduire les possibilités de diabète gestationnel,
  • Équilibrer le système nerveux,
  • Améliorer la motricité du bassin,
  • Renforcer le dos et les jambes, afin de les aider à mieux supporter la prise de poids pendant la grossesse,
  • Tonifier et assouplir les muscles, qui peuvent parfois être endoloris pendant la grossesse,
  • Conserver une bonne posture,
  • Développer l’endurance physique de la maman.

Au-delà de cette liste impressionnante de bienfaits corporels, le yoga prénatal agit également sur le mental des mamans. Notamment en :

  • Aidant la maman à prendre conscience de soi et de son nouveau corps,
  • Développant une meilleure endurance mentale,
  • Réduisant son stress,
  • Renforçant le lien de la maman avec son bébé,
  • Aidant à lâcher prise et à se détendre.

Alors, motivées pour vous lancer dans votre premier cours de yoga prénatal ? Cette pratique a toutes les cartes en main pour votre bien-être physique et mental durant la grossesse.

 

Nos conseils pour une pratique de yoga prénatal optimale

À quel moment peut-on commencer ?

Bonne nouvelle, vous pouvez commencer le yoga prénatal dès que vous le souhaitez. Il n’y a pas de date requise, le plus tôt, le mieux. Cela dépend majoritairement de vos ressentis.

Lors du premier trimestre, les changements hormonaux peuvent entraîner des nausées, de la fatigue et de l’hypersensibilité émotionnelle. Chaque femme réagit différemment, et il peut parfois s’avérer compliqué d’entreprendre une activité physique, même douce. Ne venez surtout pas vous forcer, pratiquez uniquement si vous sentez de pratiquer.

De plus, durant le premier trimestre, les cours sont essentiellement axés sur la prise de conscience de son nouveau corps et l’acceptation des changements internes que les femmes traversent. Ce qui peut être un véritable bonus pour garder une attitude plus positive.

La pratique est conseillée avec au moins une scéance de yoga par semaine, et peut se pratiquer jusqu’à l’accouchement. Il est d’ailleurs recommandé de pratiquer plus fréquemment lors du dernier mois de grossesse.

Pour les femmes n’ayant jamais fait de yoga, ou étant peu sportives, les spécialistes conseillent de commencer le yoga à la fin du deuxième trimestre, dans le but de ne pas “traumatiser” le corps avec de trop gros changements.

Pour les yoginis, sachez que vous pouvez conserver votre pratique habituelle du yoga lors du premier trimestre (à l’exception de la pratique du Bikram, Hot, Ashtanga ou acroyoga pour des raisons évidentes). Kundalini, Yin, Vinyasa ou encore Hatha yoga sont quant à eux possibles, si vous avez la forme physique pour évidemment.

Les postures de yoga prénatal

Les postures de yoga prénatal sont élaborées pour soulager les différents maux au fur et à mesure de la grossesse. Nous allons ici vous présenter 3 positions (asanas), une pour chaque trimestre.

La posture de la tête de vache – Gomukhasana

Cette posture est idéale pour le premier trimestre. Elle aide notamment à réduire les douleurs sciatiques, tout en renforçant les articulations des bras, des épaules et les muscles du haut du dos. Elle stimule également la circulation du sang dans le corps entier, et soulage les sensations de jambes lourdes et de fatigue.

Quand commencer yoga prénatal_1

La posture de l’enfant à genoux, jambes écartées – Supta Balasana

Cette posture convient particulièrement aux femmes étant dans leur deuxième trimestre de grossesse. En effet, elle vient réduire les différentes douleurs dorsales liées à la prise de poids. De plus, elle vient renforcer et assouplir les hanches et genoux, tout en améliorant la circulation sanguine des jambes.

Quand commencer yoga prénatal_2

La posture du papillon – Baddha Konasana

Cette posture est particulièrement efficace lors du troisième trimestre. Elle vient notamment stimuler les ovaires et la prostate, tout en étirant profondément les cuisses et les genoux. Ainsi, elle aide au mieux les futures mamans à l’accouchement. Enfin, elle aide à réduire les éventuelles douleurs au niveau du nerf sciatique.

Quand commencer yoga prénatal_3

Voici une pratique complète en vidéo : 

 

Nous espérons que cet article a pu répondre à vos questions et nous vous souhaitons une bonne pratique. Qui sait, peut-être que vous deviendrez accro et enchaînerez avec du yoga post-natal ?

Vous verrez, une fois qu’on a commencé le yoga, il est difficile de s’en passer. Sur ce, bonne pratique à vous les futures mamans.

Namaste.

À LIRE AUSSI

Commenter